Conflit social: procédures judiciaires contre Smood ouvertes simultanément dans 4 cantons romands

Des livreuses et livreurs ont déposé des requêtes contre Smood devant les tribunaux de Genève, Vevey, Neuchâtel et Sion. Leurs prétentions cumulées se montent à environ 125’000 francs.
11 mai 2022, 15:11
Les demandes devant les Prud'hommes ont été déposées à Genève, à Vevey, à Neuchâtel et à Sion (illustration).

Deux salariés de la société de livraison de repas Smood et deux salariés de Simple Pay, l’entreprise de services qui collabore étroitement avec Smood, ont saisi, mercredi, le tribunal des Prud’hommes. Ces livreurs veulent récupérer des heures de travail et des frais professionnels qui, estiment-ils, ne leur ont pas été payés. Leurs prétentions cumulées se montent à environ 125’000 francs, indique le syndicat Unia, qui les défend.

Les demandes devant les Prud’hommes ont été déposées à Genève, à Vevey, à Neuchâtel et à Sion. D’autres requêtes, émanant d’autres livreurs, doivent suivre prochainement. Le syndicat Unia espère que ces procédures amèneront les deux sociétés concernées à corriger «enfin leurs conditions de travail inacceptables».


Chez Smood, le salaire minimum est bien versé (un peu plus de 23 francs de l’heure à Genève), mais l’entreprise rogne sur les frais professionnels, comme les indemnités dues aux livreurs qui utilisent leur voiture ou les majorations pour le travail de nuit, explique Roman Künzler, le responsable logistique et transport d’Unia.

Chez Simple Pay, une entreprise créée par une fondatrice de Smood et qui «loue» des livreurs à Smood, la situation des salariés est encore plus précaire, selon M.Künzler. Seul le temps de la livraison est décompté comme temps de travail. Le temps d’attente n’est pas rémunéré. Il est ainsi possible de gagner moins de 10 francs l’heure.

M.Künzler regrette aussi la discrétion de la Migros dans cette affaire. Le géant de la distribution possède en effet 30% de Smood, mais il n’est pas intervenu quand des livreurs, exaspérés par leurs piètres conditions de travail, ont mené une grève à la fin de l’année dernière.

par Keystone - ATS