De nombreux poissons morts observés sur les rives du Léman

De plus en plus de poissons morts ont été signalés au bord du lac. Les fortes chaleurs de ces derniers jours et la taille importante de certaines populations de poissons seraient en cause.
23 juin 2022, 10:17
La présence de populations importantes de perches actuellement dans le lac expliqueraient en partie le grand nombre de spécimens retrouvés morts (image d'archive).

De nombreux poissons morts sont actuellement observés sur les rives du lac Léman. Par endroits, ce sont des dizaines de petits poissons qui flottent au milieu des baigneurs. Phénomène naturel et chaleur expliquent cette surmortalité, selon un expert.

«Il n’y a aucun drame ni pollution en particulier», rassure auprès de Keystone-ATS Jean-François Rubin, docteur en biologie et directeur de la Fondation La Maison de la Rivière à Tolochenaz. La canicule de ce mois de juin joue toutefois un rôle dans cette mortalité de masse, avec plusieurs facteurs possibles, selon lui.

«Les fortes chaleurs stratifient le lac en couches d’eau chaude et froide. Certains poissons sont pris dans des courants chauds et sont entraînés à la surface du lac. On parle alors d’accident de décompression, mortel, notamment pour les perches», explique M. Rubin.

La chaleur peut également avoir une influence sur la saison de reproduction des poissons, dont les mâles meurent plus que d’habitude après avoir fourni beaucoup d’efforts, relève-t-il. Celle-ci s’étend en gros de fin avril à mi-juin.

Mortalité naturelle des perches en hausse

Autre explication avancée par le spécialiste: une même concentration de produits chimiques déversée dans le Léman va être «plus dommageable» pour les poissons dans des eaux réchauffées, car il y aura moins d’oxygène que dans des eaux plus fraîches.

M. Rubin observe sinon une origine naturelle, plus courante, dans cette mortalité, mais effectivement amplifiée cette année. «Avec la surabondance de perches constatée depuis 2021, il est normal qu’il y ait proportionnellement une augmentation de la mortalité naturelle», affirme le directeur de la Maison de la Rivière.

A lire aussi: Perches et Léman, la pêche miraculeuse

La qualité de l’eau tempérée du Léman, le peu de vent et l’abondance de végétaux sous-marins ont offert des conditions «très favorables» pour la fraie des perches au mois de mai. Leur population est donc en forte hausse depuis l’an dernier et cette année, souligne-t-il.

par Keystone - ATS